Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2022 5 17 /06 /juin /2022 19:20
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022

Cette course de grand fond était mon objectif de 2020. Intermède COVID passé, il a fallu se re-focaliser sur la bête, comme ils disent. En effet, ce parcours magnifique se mérite et ne laisse pas la place à l'approximation. De l'Ardèche, je ne connaissais que le tour du stade de Privas, parcouru durant 2 fois 6 jours, en 2014 et 2016. Sur ce week-end de début juin, il y avait un soleil de plomb, à en faire fondre le bitume, des sacrés "patates", des paysages grandioses, des bénévoles aux petits soins, et une envie irrépréssible de ne pas succomber à la tentation du relâchement. 36h sans un instant de sommeil marque un brin son homme.

ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022
ULTRA ARDECHE_ALBOUSSIERE_222KM 4500D+_4 & 5 JUIN 2022

Je suis parti de Buxerolles, le jeudi 2 juin à 13h30. Arrivée à Ibis Budget de Valence à 20h. Une bonne et longue nuit de repos, avant de gagner Alboussière après le déjeuner du vendredi. Pour une fois que je suis le premier au retrait du dossard ! Le temps d'un peu de causette, puis installation de la tente dans le camping et préparation de la tenue de course et des sacs qui seront déposés dans 5 points de contrôle intermédiaires. A partir de 20h, diner commun et briefing. Extinction des feux à 23h pour un réveil à 4h. Bilan, seulement 2h de vrai sommeil. La forme est là. Le samedi 4 juin, départ des hostilités à 6h avec pleins d'incertitudes en tête, mais avec une grande concentration.

Au fil des premières heures, il fut facile de se rendre compte du poids de la chaleur naissante. Conjuguée au profil du parcours, il n'a pas fallu tarder à gérer hydratation, re-minéralisation, nourriture et économie d'énergie corporelle. Les étapes au 35km, 50km, 71km (col de l'Ardéchoise, 1184m) ne passèrent pas sans douleurs musculaires, accoutumance digestive un peu difficile, doute capacitaire. Mais une fois atteint la BH3 au 95km, juste après le mont Gerbier-de-jonc, 1417m, vers 20h, une porte s'est ouverte vers une route sans limite. A la fraicheur relative du soir et encore plus quand la nuit s'est pointée, je me suis senti ressuscité. Et franchement jusqu'à l'aube, j'ai bien cavalé, et bu une bonne quantité de café. Pas un oeil qui a eu envie de se fermer. Juste une fois, le cerveau qui déconnecte et les jambes qui font n'importe quoi. Le souvenir aussi d'en avoir bavé sévère pour grimper au col de Juvinas, 718m. Heureusement cette résurrection, car cela m'a permis de tenir les barrières horaires à distance. En effet, tout le samedi, et maintenant que la nuit s'est éteinte, le dimanche s'annonçait tout autant de plomb. Je fondais comme une glace, parfois séché sur pied, à une allure de limace, prêt à mettre un genou sur le bitume fondu comme dans la montée vers Chalencon, 192km ou à Châteauneuf de Vernoux, 205km. Avec l'orage qui menaçait, j'espérais la pluie pour rafraichir la marmite. Vers le km 200, mon voeux fut exaucé mais en forçant le trait. Enorme averse d'eau et de glaçons piquants. L'écurie était à 20km et cela sentait bon. L'arche d'arrivée au camping pointait au loin. Cette boucle m'aura fait visiter une partie de l'Ardèche en accéléré. Des paysages sauvages, authentiques, abruptes, exigeants; et ça monte, et ça descend, et ça remonte ! Ca y est, c'est gagné, accueilli dignement par Laurent, l'initiateur de cette folle aventure. Et moi, fier quand même, de recevoir l'ardoise ciblée 222.

Après une bière salvatrice, une photo du Jean mimi au béret, retour à la tente. Pas facile de mettre les choses en ordre dans la tête, de trouver les affaires de douche, de rechange. 38h sans dormir, voilà l'explication. Enfin la douche, puis soin des ampoules aux pieds, puis le besoin de fermer un oeil en attendant le diner. Un super moment ce diner, où toute la famille de l'UA 2022 était présente. Finishers, DNF, bénévoles. Remise des récompenses en parallèle. L'envie de prolonger la soirée en taillant la discute. Cette parenthèse Ardéchoise fut un grand moment de bonheur.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires